Les herbes folles

Olympus digital camera

Laissez la nature s’exprimer ! Choisissez de ne pas tondre une partie de votre jardin ! Cela favorisera la venue d’un grand nombre d’espèces (et notamment des espèces auxiliaires) et vous pourrez ainsi découvrir toute la vie qui peut s’y trouver.

La biodiversité est un garant de l’équilibre écologique au jardin. Une végétation variée permet à de nombreuses « bestioles » de se développer, mais aucune à l’excès.

Les plantes accueillantes pour les animaux auxiliaires

Il faut laisser fleurir les plantes sauvages, elles nourrissent les insectes butineurs (abeilles, bourdons, syrphes, papillons, etc.) et à leur tour assurent la pollinisation et donc la reproduction des plantes à fleurs.

Par exemple l’ortie nourrit les chenilles de nombreux papillons et des pucerons spécifiques. A leur tour ces chenilles et ces pucerons sont la proie de nombreux animaux prédateurs et parasites. Ainsi, beaucoup de plantes sauvages jouent un rôle de plantes relais dans un jardin, elles nourrissent de nombreux insectes phytophages* qui attirent et nourrissent à leur tour de nombreux auxiliaires, qui consommeront également les ravageurs des plantes cultivées.

Quelques plantes sauvages : pissenlit, rumex, véronique, violettes, molène et bien d’autres.

Les plantes bienfaisantes pour la terre

  • Des racines de nombreuses plantes sauvages pénètrent dans le sol, elles y puisent des sels minéraux et les remontent vers la surface dans leurs parties aériennes, c’est le cas de l’oseille sauvage, des chardons, des liserons…
  • D’autres plantes concentrent dans leurs tissus des sels minéraux puisés dans le sol, elles favorisent la fertilisation du jardin et/ou permettent de préparer des décoctions de plantes, tels que la prêle et l’ortie pourvues de silice qu’elles captent dans les argiles du sol.
  • D’autres concentrent le phosphore comme le chénopode, l’oseille et le pissenlit.
  • alors que l’achillée, la consoude, le chardon accumulent le potassium et le magnésium.
  • Le mouron blanc, l’ortie et le gaillet gratteron profitent de l’azote présent souvent en grande quantité près des maisons ; ce sont des plantes qui aiment les nitrates, elles en absorbent de grandes quantités et peuvent ainsi être valorisées dans le jardin.
  • Le trèfle et toutes les plantes de la famille des Fabacées (légumineuses) captent l’azote de l’air grâce à leur association avec des bactéries fixatrices d’azote présentes sur leurs racines sous forme de petites boules.

Si vous désirez ne pas laisser certaines plantes sauvages, vous pouvez les couper et les mettre sur votre compost, ainsi leurs sels minéraux seront valorisés lors de l’épandage du compost, au profit des plantes cultivées.

Les plantes fixatrices d’azote, celles qui le concentrent, les micro-organismes du sol, le compost suffisent en général à fournir l’azote nécessaire aux besoins du jardin. C’est de l’azote gratuit.

Pour rappel, la fabrication d’un kg d’azote chimique nécessite 4 kg de fuel. Ne pas oublier que cette fabrication est une industrie dangereuse et polluante.

Des plantes sauvages couvre-sols

Le lierre terrestre, la bugle rampante, le lierre peuvent servir de couvre-sols, dans des endroits non cultivés, ces plantes protègent ainsi la terre de l’érosion, du tassement, du lessivage.

Des plantes réparatrices

Une terre mise à nu suite à des travaux est souvent colonisée par des plantes sauvages, tels que l’oseille sauvage, le coquelicot, la carotte sauvage, la molène, la vipérine. Grâce à leur racines profondes, elles fissurent la terre et lui redonnent une structure fragmentée dans laquelle l’air et l’eau circulent plus facilement tout en étant mieux retenus.

Source : Coccinelles, primevères, mésanges… – Denis Pépin et Georges Chauvin. Edition Terre Vivante.

Carotte sauvage

Pour en savoir plus :

Le jardin naturel – Vincent Albouy, édition Delachaux et Niestlé.

Les brochures «cultiver la nature dans votre jardin », «Ne faites pas de votre pelouse un gazon maudit » éditées par la LPO Vienne.

Un blog à parcourir : Sauvages du Poitou

Le site CPIE Seuil du Poitou

Le site de Vienne Nature