L’ail

L’ail se présente sous la forme d’un bulbe, appelé « tête », constitué de plusieurs petites gousses ou caïeux. Ce sont ces caïeux qu’il faut planter : chacun donnera naissance à une nouvelle tête d’ail.

A partir de fin janvier vous pouvez planter l’ail rose. Dès octobre pour l’ail violet sous climat doux.

Choisissez les gousses se trouvant sur l’extérieur plutôt que ceux de l’intérieur. On les enfonce un petit peu en terre, la pointe (germe) vers le haut, espacés de 10 à 15 cm. Les lignes  doivent être espacées environ de 30 cm.

L’ail n’aime pas les sols trop humides, si tel est le cas, mélangez votre terre avec du sable.

Biner et arracher les « herbes indésirables » au fur et à mesure.

« Afin que vos têtes d’ail grossissent encore un peu et arrivent à maturité au moment de la récolte, pensez à nouer les tiges de vos plants dès que le feuillage commence à jaunir. Le développement « aérien » de la plante cessera et toute la sève sera utilisée pour le développement de la tête d’ail ».

Vous pouvez récolter l’ail en juin/juillet. Laisser le un peu sur la terre pour qu’il sèche.

L’ail fait partie de la même famille que le poireau, l’échalote et l’oignon.

Source (une partie) : Le guide du jardin bio – Jean-Paul Thorez-Brigitte Lapouge-Déjean – Editions : Terre Vivante, et :

http://www.jardiner-malin.fr/fiche/ail-culture.html

https://www.aujardin.info/plantes/ail.php

Voir la recette : Gousses d’ail lacto-fermentées.