Composter, c’est facile !

Vous rêvez d’avoir de beaux légumes et de belles fleurs sans vous ruiner dans l’achat d’engrais. Vous souhaitez également réduire le poids de vos poubelles et arrêter les allers-retours à la déchetterie pour jeter vos déchets verts. Une solution existe : le compostage.

Fabriquer son compost

Le compost, qui prend la forme d’une terre noire, est le résultat de la décomposition de nos déchets organiques par les organismes du sol. Le compostage est un processus qui peut être rapide et qui ne dégage aucune odeur. Mais pour cela, 4 règles d’or sont à respecter.

1) Un composteur non hermétique

Que vous décidiez de composter en tas (sans utiliser de bac à compost) ou que vous utilisiez un composteur, les déchets organiques doivent être en contact direct avec le sol.

En effet, la décomposition se fait grâce à des bactéries et des organismes ou animaux qui se trouvent sur ou dans le sol. Autrement dit, évitez de mettre votre compost sur une dalle en béton.

2) Un mélange approprié

Lorsque vous mettez vos déchets sur votre tas ou dans votre composteur, superposez les en couches de 5 cm d’épaisseur maximum en alternant déchets verts et déchets bruns. Attention également à ne pas mettre des déchets trop gros, il faut soit les couper en petits morceaux, soit les broyer.

Les déchets verts

Fruits, légumes et épluchures

Fleurs

Tontes de gazon fraîche

Branches vertes coupées en petit morceaux

Les déchets bruns

Feuilles mortes

Broyat de branches

Paille

Branches coupées en petits morceaux l’hiver ou mortes

Marc de café

Rouleau en carton

Sac en papier sans encre

3) Une aération performante

Aérez votre compost au moins une fois par mois. Cela permet de relancer l’activité des bactéries et autres organismes qui ont besoin d’air pour vivre. Pour cela, vous pouvez utiliser une fourche-bêche ou un brass’compost.

4) Un taux d’humidité constant

Les organismes qui décomposent les déchets meurent si le compost est trop sec.Pour savoir connaître le taux d’humidité de votre compost, voici quelques repères :

– si votre compost a une couleur grisâtre, il est trop sec. Arrosez-le abondamment et pensez à le remuer pour humidifier l’ensemble du compost.

– prenez une poignée de compost au cœur du tas et pressez cette poignée. Si de l’eau coule, votre compost est trop humide. Faites le sécher sinon gare aux mauvaises odeurs !

Si vous avez la sensation de tenir une éponge essorée, le taux d’humidité est parfait.

Utiliser son compost

Vous pouvez utiliser votre compost, une fois qu’il est bien décomposé et qu’il ressemble à de la terre noire, n’importe où dans le jardin mais avec modération. Ainsi, vous pouvez apporter :

– une bonne petite pelle de compost au pied de légumes tels que les asperges, betteraves, carottes…

– trois bonnes petites pelles de compost au pied des tomates, aubergines, choux, artichauts…

– une brouette tous les 2 ans au pied des fruitiers à l’automne

– de bonnes pelletées au printemps dans les massifs de fleurs.

En résumé, placez votre compost à même le sol, alternez des couches de déchets verts et de déchets bruns, humidifiez ces couches de déchets et aérez le compost au moins une fois par mois. Vous pouvez ensuite l ‘utiliser au bout de 6mois à un an tout en respectant les doses indiquées.

Pour en savoir plus

Grand Poitiers rembourse une partie de l’achat de votre composteur

Vous avez besoin d’aide, l’association Compost’Age est là pour vous

Un peu de lecture

Aux éditions Terre Vivante :

Je réussis mon compost et lombricompost

Composts et paillis

Une bonne terre pour un beau jardin